Missak Manouchian au Panthéon

Afficher Masquer le sommaire

Le 21 février 2024, Missak Manouchian, résistant communiste d’origine arménienne, et son épouse Mélinée ont fait leur entrée au Panthéon, quatre-vingts ans jour pour jour après l’exécution de Missak et de vingt-trois autres membres de la Résistance par les nazis.

Retour sur la cérémonie et sur la vie et l’engagement de Missak Manouchian, figure emblématique de la Résistance française.

Une cérémonie solennelle et émouvante

La cérémonie d’entrée au Panthéon de Missak et Mélinée Manouchian s’est déroulée le 21 février 2024 à 18h30, en présence du président de la République, Emmanuel Macron. Les cercueils des époux Manouchian ont été portés jusqu’au Panthéon par des militaires de la Légion étrangère. Le cortège s’est arrêté à trois reprises pour rendre hommage aux différentes facettes de l’engagement de Missak Manouchian : la Résistance, l’idéal communiste et la cause arménienne.

Les portraits des vingt-trois compagnons d’armes de Missak Manouchian, fusillés comme lui par les nazis le 21 février 1944, ont entouré les cercueils lors de la cérémonie. Cette panthéonisation rend hommage à l’ensemble de la Résistance étrangère et à tous les résistants étrangers qui ont combattu l’Occupant nazi sur le sol français.

Le parcours de Missak Manouchian, de l’Arménie à la Résistance française

Né en 1906 à Adıyaman, en Turquie, Missak Manouchian a grandi dans une famille arménienne. Orphelin à 15 ans, il est contraint de fuir le génocide arménien et trouve refuge en France en 1925. Ouvrier, poète et militant communiste, il s’engage dès 1934 dans les rangs du Parti communiste français (PCF). Durant l’Occupation, il devient l’un des chefs militaires des Francs-Tireurs et Partisans (FTP), groupe de résistants étrangers en région parisienne commandés par le PCF.

A lire :   La pollution lumineuse : une menace pour notre ciel étoilé et notre santé

En 1943, Missak Manouchian est arrêté par la Gestapo avec plusieurs de ses camarades. Ils sont condamnés à mort et fusillés au Mont-Valérien le 21 février 1944. La propagande nazie utilise alors l’image de Manouchian et de ses compagnons d’armes pour diffuser l’Affiche rouge, une affiche de propagande destinée à discréditer la Résistance et à présenter ces résistants étrangers comme des terroristes. Malgré ces tentatives, Missak Manouchian et ses camarades sont aujourd’hui célébrés comme des héros de la Résistance française.

Les critères de panthéonisation et la reconnaissance de la Nation

Entrer au Panthéon est un honneur réservé aux personnes qui ont marqué l’histoire de France par leur engagement et leur action. Missak et Mélinée Manouchian rejoignent ainsi d’autres figures emblématiques de la Résistance, comme Jean Moulin et Pierre Brossolette. La panthéonisation du couple Manouchian témoigne de la reconnaissance de la Nation pour leur combat et pour l’ensemble de la Résistance étrangère.

La panthéonisation de Missak Manouchian rappelle le sacrifice des étrangers qui se sont armés et organisés en groupes pour rejoindre la Résistance française et combattre l’Occupant nazi. Cet hommage rendu aux résistants étrangers souligne l’importance de la diversité et de l’engagement de tous ceux qui ont lutté pour la liberté et la justice.

Enfin, l’entrée au Panthéon de Missak et Mélinée Manouchian est un symbole fort de l’idéal communiste et de la cause arménienne, deux combats chers à Missak Manouchian. Leur panthéonisation est ainsi un hommage à toutes celles et ceux qui se sont engagés pour ces causes et ont œuvré pour un monde plus juste et fraternel.

A lire :   Nvidia

En résumé, l’entrée de Missak Manouchian au Panthéon, accompagné de son épouse Mélinée, est un hommage solennel et émouvant rendu par la Nation française à un héros de la Résistance, à l’ensemble de la Résistance étrangère et aux combats pour la justice, la liberté et la fraternité. Cette cérémonie est un rappel de l’importance de l’engagement de chacun et de la diversité dans la lutte contre l’oppression et pour un monde meilleur.

4.7/5 - (6 votes)